Accueil > Pages de membres > Filippi Vanina

Filippi Vanina

Vanina Filippi, TELEMMe (AMU-CNRS)

Alumni-Alumnae et Membre associée



Groupe(s) :


Thèse

Dionisio Ridruejo, de l’idéal phalangiste à la démocratie (1936-1975)

  • Thèse de Doctorat en Histoire
  • Sous la direction de Paul Aubert - Soutenue le 24 novembre 2017

Champs de recherche

  • histoire culturelle
  • histoire des intellectuels
  • phalangisme
  • fascisme
  • intellectuels phalangistes
  • mémoire de la guerre civile espagnole et du franquisme
  • opposition démocratique
  • presse sous le franquisme
  • presse espagnole en exil
  • évolution idéologique
  • écriture autobiographique.


Cursus

2018 Qualifiée aux fonctions de Maître de conférences sections 14 et 22.

2017  Doctorat d’histoire Aix-Marseille Université ED 355 Espaces, cultures, société. UMR TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale-Méditerranée)

 « Dionisio Ridruejo, de l’idéal phalangiste à la démocratie (1936-1975) » Thèse préparée sous la direction de Monsieur le Professeur Paul Aubert et soutenue le 24 novembre 2017 à la MMSH d’Aix-en-Provence.

Membres du jury: Pr. Paul Aubert, Aix-Marseille Université, (Directeur); Pr. Zoraida Carandell, Université Paris Ouest (Présidente); Pr. Jordi Gracia, Universitat de Barcelona; Pr. Pilar Matínez-Vasseur, Université de Nantes (Rapporteur); Francisco Morente, Universitat Autonoma de Barcelona; Pr. Isabelle Renaudet, AMU.

2010 Master II Aire Culturelle Romane parcours espagnol. Mémoire de Master II réalisé sous la direction de M. le Professeur Paul Aubert (mention Très Bien) « Un intellectuel « phalangiste libéral » face à son passé: Descargo de concencia de Pedro Lain Entralgo ».

2009 Obtention de l’Agrégation d’espagnol

2008 Obtention du CAPES d’espagnol

2006 Master I Aire Culturelle Romane parcours espagnol. Mémoire de Master I réalisé sous la direction de M. le Professeur Bernard Bessière « Génesis del credo democratico de Juan Carlos I » (mention Très Bien)

Premier semestre réalisé à l’Université Complutense de Madrid

2005 Licence d’espagnol LLCE (mention Assez Bien)

2002-2004 Classe préparatoire HEC au Lycée Thiers de Marseille

2002 Obtention du baccalauréat scientifique (mention Bien)


Sujet de thèse

Après la Guerre civile espagnole et le franquisme, qui marquaient la mort de l’intellectuel libéral accusé de tous les maux, apparut une nouvelle génération d’intellectuels phalangistes disposés à remplir les vides laissés par les purges et l’exil. Dionisio Ridruejo était le modèle de l’intellectuel fasciste, qui avait accédé très jeune à un poste de pouvoir et qui croyait en un homme et en un État nouveaux, après la purification de l’Espagne. Mais ce dernier rompit bruyamment avec le régime franquiste et abandonna son poste de Chef de la Propagande, estimant que le pouvoir personnel de Franco trahissait l’idéal phalangiste et que la Phalange ne serait jamais le parti messianique qu’il espérait. Cette rupture fut le début d’une longue période d’assignation à résidence, qui le mena à réfléchir sur ses propres convictions, un processus douloureux d’anéantissement progressif des premières illusions phalangistes. Mais ses convictions démocratiques n’apparurent que plus tard, lorsque l’intellectuel mit à l’épreuve de l’expérience son utopie juvénile. Cela ne signifiait pas en effet que Ridruejo était devenu démocrate, contrairement à ce que prétendent rétrospectivement certains de ses amis, convaincus d’avoir été des libéraux depuis les années 40 à l’époque de la revue Escorial. Mais cela ne signifie pas moins que cet intellectuel n’ait lutté tout au long de sa vie, notamment à travers la presse et sa correspondance, contre l’anti-intellectualisme d’un régime décidé à anéantir toute trace d’intelligence en Espagne, démontrant que l’intellectuel traditionnel n’était pas mort.

Il importait de comprendre la cohérence de l’itinéraire de cet intellectuel, qui passa de l’idéal phalangiste aux normes démocratiques, au point d’inspirer le combat des artisans de la Transition vers la démocratie. De sa position de pouvoir dans les années 40 à sa dissidence précoce, Ridruejo rompit avec le régime, persuadé que ce dernier n’irait pas au bout de ses convictions fascistes tandis qu’il défendait déjà l’intelligence face aux traditionalistes, qui décidèrent de se passer de tout legs.

Les années 50 constituèrent un nouvel espoir avec le retour au pouvoir d’une équipe phalangiste avec à sa tête Joaquín Ruiz-Giménez au ministère de l’Éducation Nationale. Dans cette position intermédiaire entre dissidence et opposition, Ridruejo défendit une réforme « compréhensive » de l’intérieur du régime en même temps qu’il continuait de défendre l’intelligence face aux « exclusifs ». L’échec des « compréhensifs » cristallisa le passage officiel à la démocratie en 1956.

Ridruejo devint un opposant reconnu et, empêché d’écrire dans la presse espagnole, il s’exprima dans la presse étrangère de l’exil, qui lui offrit une nouvelle tribune. Ridruejo entrait dans un troisième espace, celui de l’opposition, une nouvelle opposition réconciliée à Munich où exil et intérieur pourraient enfin dialoguer et dépasser les conséquences de la Guerre civile. Son militantisme journalistique le conduisit naturellement au militantisme politique à travers son premier parti et son désir de former une opposition unitaire dans une perspective européaniste. Or, son rôle resta minoritaire malgré une définition ininterrompue de son évolution et de ses idées politiques.

Dans un régime caractérisé par l’état de guerre continu, la thèse pose la question de la place de l’intellectuel. D. Ridruejo est l’exemple de l’intellectuel fasciste qui renonça à sa position de pouvoir pour s’opposer aux limites imposées à son statut d’intellectuel et pour défendre dès les années 40 la culture, certes au nom de ses premières convictions. Le combat pour l’intelligence de ce propagandiste fasciste devenu propagandiste de la raison se poursuivit parallèlement aux différentes étapes de son évolution idéologique et constitue sans doute le fil rouge, la cohérence de cet itinéraire de l’idéal phalangiste à l’expérience démocratique.


Activités d'enseignement

2010—- Professeure agrégée  Lycée Albert Schweitzer, le Raincy. (pré-bac et post-bac) BTS Banque BTS Commerce International (1ère-2e années)

2014—- Chargée d’enseignement Université Paris Est Marne-la-Vallée

TD Traduction (Thème-Version) Licence LEA 1ère, 2ème année; TD Compréhension et Expression écrites LEA 1ère année; TD Grammaire LEA 1-2; Entreprise des pays hispanophones LEA Licence 3.

2013 Remplacement CPGE Lycée Auguste Blanqui Saint-Ouen

Lettes supérieures- Première supérieure

2009-2010 Professeure agrégée stagiaire au lycée Marcel Pagnol, Marseille, 10e.

Stage de pratique accompagnée au lycée Marti Sorolla, Valence, Espagne.

[/]

Participation aux événements de TELEMMe :

Vanina Filippi a participé aux événements organisés par TELEMMe suivants :