Accueil > Thèses > Espaces urbains et mouvements sociaux : de la représentation de l’espace à la mobilisation dans l’espace. Les exemples de Barcelone et de Valence (1975-2008)

Espaces urbains et mouvements sociaux : de la représentation de l’espace à la mobilisation dans l’espace. Les exemples de Barcelone et de Valence (1975-2008)

Céline Beugnot

Espaces urbains et mouvements sociaux : de la représentation de l’espace à la mobilisation dans l’espace. Les exemples de Barcelone et de Valence (1975-2008)

Thèse de Doctorat en Études romanes

Sous la direction de Severiano Rojo Hernandez

Soutenue le 23 octobre 2020

Résumé :

Le littoral méditerranéen, notamment en Espagne, exerce un attrait considérable qui s’est traduit, d’une part, par le développement du tourisme de masse et d’autre part, par l’accentuation de phénomènes tels que la spéculation foncière, montrant ainsi dans quelle mesure la ville est un espace où s’imbriquent de façon tantôt harmonieuse, tantôt conflictuelle, les sphères politiques, économiques et sociales.

Barcelone et Valence ont de nombreux points communs : ce sont des villes portuaires et des capitales de communauté autonome, dont certains quartiers permettent de mieux comprendre les permanences et les ruptures existant dans l’aménagement et la représentation de l’espace urbain espagnol et méditerranéen. Les tensions et conflits qu’alimentent les projets de réaménagement dans ces deux zones sont révélateurs également des liens existant entre les habitants et leur quartier, de la façon dont la population perçoit son lieu de vie, des tensions qui fragmentent les communautés et des désaccords avec les autorités.

Les exemples du Cabanyal et de la Barceloneta illustrent parfaitement la fragilité des équilibres autour desquels s’articule l’espace urbain en méditerranée. C’est en 1980, soit pratiquement à la fin de la dénommée Transition politique espagnole, que débutent, dans les aires urbaines étudiées, de vastes travaux de réaménagement du littoral qui génèrent de fortes mobilisations collectives. A partir de la crise qui sévit en Espagne depuis 2008, les conflits analysés sont supplantés par d’autres mouvements plus vastes centrés sur problématiques nationales, qui donneront par exemple lieu au 15M connu sous le nom de los indignados. Les trois décennies étudiées permettent donc de mieux saisir quels sont les mécanismes, les pratiques et les phénomènes qui animent les mouvements sociaux provoqués par la transformation de l’espace métropolitain, à un moment où se produit également une profonde transformation politique, sociale et économique de l’Espagne.

Abstract :

The Mediterrannean coastline is a tremendously attractive area, especially in Spain. This attraction has been reflected by the development of mass tourism on the one hand, and by growing phenomena such as land speculation on the other hand. It has thus revealed to what extent political, economic and social spheres interlink with each others within a city, in a sometimes harmonious, sometimes conflictual way.

Barcelona and Valencia share numerous common characteristics – they all are port cities and the capitals of autonomous communities. Some of their districts give a better insight into the continuities and discontinuities that exist in the planning and perception of the Spanish and Mediterranean spaces. In these three areas, the tensions and conflicts fueled by re-arrangement projects also reveal the connections that link inhabitants to their neighborhood, the way people perceive their living areas, the tensions that divide communities up, and the disagreements with authorities.

The Mediterranean urban space revolves around weak balances that Cabanyal and Barceloneta epitomize.In 1980, being almost at the end of the Spanish political transition, vast re-arrangement work on the coastline of the three considered urban areas started, which triggered mass mobilization of collective forces. The conflicts under study came to an end, especially in Valencia, in 2011. They were replaced by other larger movements such as the 15M known as “los indignados”. These latest movements have focused on national issues linked with the crisis that Spain has been undergoing since 2008. In this way, the three considered decays enable a better understanding of the mechanisms, practices, and phenomena that drive the social movements caused by the transformation of the metropolitan space, at a time when Spain also experiences deep political, social and economic transformations.