Accueil > Thèses > Les politiques de conservation du patrimoine urbain comme outils de gestion du risque sismique. Trois exemples en Italie : Noto, Assise, Gémone

Les politiques de conservation du patrimoine urbain comme outils de gestion du risque sismique. Trois exemples en Italie : Noto, Assise, Gémone

Antoine Le Blanc

Les politiques de conservation du patrimoine urbain comme outils de gestion du risque sismique. Trois exemples en Italie : Noto, Assise, Gémone

Thèse de Doctorat en Sciences géographiques et de l’aménagement

Sous la direction de Roland Courtot et de Colette Vallat, Université Paris X Nanterre

Soutenue le 17 novembre 2006 à AMU

Membres du jury :

Sylvie Daviet, Giulia Despuches (U. de Palerme), Gérard Hugonie (IUFM de Paris), Patrick Pigeon (U. de Savoie)

Mention : Très honorable avec félicitations

Mots clés : Constructions, Effets des séismes, Italie, Noto (Italie), Assise (Italie), Gemona del Friuli (Italie), Patrimoine culturel, Protection

Résumé :

Le patrimoine architectural urbain exceptionnel des petites villes italiennes de Noto (Sicile), d’Assise (Ombrie), et de Gémone (Frioul), est soumis à un risque sismique majeur : la probabilité d’occurrence d’un tremblement de terre est forte, et la vulnérabilité des territoires est très grande. Toutefois, les politiques de conservation du patrimoine peuvent constituer des instruments efficaces de gestion des risques. Pour cela, il est essentiel que les communes définissent des priorités de gestion, en prenant en compte différentes échelles spatiales et temporelles, dans le cadre de politiques urbaines sélectives. La comparaison de trois communes permet de mettre en relief les similitudes et les contrastes entre les choix et les résultats de politiques urbaines différentes menées dans des contextes comparables.