Accueil > Thèses > L’Arte Povera et les arts de la scène : Les expériences théâtrales de Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto et Mario Ceroli

L’Arte Povera et les arts de la scène : Les expériences théâtrales de Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto et Mario Ceroli

Barbara Satre

L’Arte Povera et les arts de la scène : Les expériences théâtrales de Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto et Mario Ceroli

Thèse de Doctorat en Histoire et humanités

Sous la direction de Pierre Wat

Soutenue le 1 décembre 2012 à salle A 358 (3ème étage) à la la Faculté d’Arts, Lettres, Langues et Sciences Humaines d’Aix-en-Provence (29 avenue Robert Schuman)

Membres du jury :

Le président du jury était Pascal Rousseau.

Le jury était composé de Pierre Wat, Pascal Rousseau, Laurence Bertrand-Dorléac, Yannick Butel, Maria Teresa Roberto.

Les rapporteurs étaient Laurence Bertrand-Dorléac.

Mention : Très honorable avec félicitations

Mots clés : Arte Povera, Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto, Mario Ceroli, Théâtre italien, Théâtre d'artiste, Art contemporain

Résumé :

Certains des acteurs de ce groupe italien, déterminés à faire éclater les limites des genres pour mieux les interroger, s’emparent tout particulièrement des arts de la scène pour investir des espaces de création collectifs. Cette thèse procède à l’étude des productions théâtrales de Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto et Mario Ceroli. Quatre démarches scénographiques singulières, qui se distinguent par leur ampleur. Ainsi, cette recherche s’emploie à dévoiler les multiples croisements à l’intérieur du courant, en découvrant les échanges entre arts plastiques et arts du spectacle. Il s’agit à la fois d’éclairer l’œuvre des artistes autour de l’Arte Povera et de comparer ces expériences aux activités dites de « théâtre d’artiste », en considérant aussi le rôle essentiel de l’environnement théâtral des années soixante et soixante-dix en Italie, dans le contexte d’une création expérimentale prolifique et révolutionnaire. L’ambition est de présenter les modalités de cette pratique spécifique dans l’œuvre des membres de l’Arte Povera pour l’étendre à un questionnement plus général au regard de la création d’autres artistes dans ce même registre.

Keywords : Italian's theatre, Contemporary art, Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto, Mario Ceroli

Abstract :

Arte Povera’s works and productions constantly challenge the traditional fundamentals of History of Art, thus leading to the exploration of new artistic fields. Some members of the Italian group, in their will to break the limits between genres in order to question these very limits, concentrate on theatre to invest collective and creative spaces. This PhD is an analysis of the theatrical works by Jannis Kounellis, Giulio Paolini, Michelangelo Pistoletto and Mario Ceroli. These four specific approaches distinguish themselves by their ambitions and their scales. This university research aims at revealing the multiple intersections within the group, by exploring the interactions between visual arts and performing arts. The issue at stake is both to shed light on artists and works from the Arte Povera and to compare their experiences to the theatre, while considering the central role of the theatrical environment in the sixties and seventies in Italy in a time of revolutionary and prolific experimental creation. The ambition is to present the details of these specific artistic practices that characterize the approaches of Arte Povera’s members, and then to extend this analysis to a more global questioning of other artists’ approaches sharing the same concerns.