Accueil > Thèses > Habiter un village global. Migrations et expériences à Cadaqués (Catalogne, Espagne)

Habiter un village global. Migrations et expériences à Cadaqués (Catalogne, Espagne)

Josepha Milazzo

Habiter un village global. Migrations et expériences à Cadaqués (Catalogne, Espagne)

Thèse de Doctorat en Géographie

Sous la direction de Virginie Baby-Collin et de Ricard Morén-Alegret, Universitat Autonoma de Barcelona

Soutenue le 6 décembre 2018 à MMSH, 5 rue du Château de l'Horloge, 13 090 Aix-en-Provence salle duby

Membres du jury :

Composé de Mme BABY-COLLIN Virginie Professeur, Mme CORTES Geneviève Professeur,M. SEMPERE SOUVANNAVONG Juan David Professeur,Mme BAYLINA FERRE Mireia Professeur,M. MORÉN-ALEGRET Ricard Professeur.

Mots clés : Europe,Tourisme, Diversité immigrée, Géographie psycho-sociale, Mobilité, Mondialisation

Résumé :

Cette thèse, qui vise la formalisation d’une géographie psycho-sociale, aborde le rôle de la psyché et de l’espace dans l’individuation et le rapport à l’autre, à travers l’habiter à Cadaqués, commune semi-rurale touristique de la Costa Brava espagnole, située au sein de la région catalane de l’Empordà, sur la côte méditerranéenne sud-européenne. Participant de la diversité immigrée locale, des non-nationaux extra/européens, souvent réduits au statut de travailleurs étrangers saisonniers et précaires, habitent aussi ce village, pour certains depuis longtemps. Dans cet espace partagé, traversé et riche de lignes de vies complexes, le vivre-ensemble avec autrui connaît pour autant divers compartimentages, liés à des positions sociales différenciées, et au marketing d’une prétendue authenticité autochtone. Une lecture trans-scalaire des évolutions spatiales et une approche biographique des expériences humaines permettent alors d’apprécier les transformations contemporaines du village dans la mondialisation, et les formes du co-habiter qui en résultent. Elles donnent à voir un lieu constitué de l’enchevêtrement séculaire de multiples mouvements matériels et idéels. Mais aussi des écarts, qui sont négociés entre les hommes selon des logiques communautaires mues par des intérêts variés, malgré des infortunes et des aspirations existentielles communes. L’analyse, qui s’appuie sur une enquête qualitative mobilisant un terrain ethnographique avec différents résidents interviewés, des données statistiques, de la presse locale, et l’outil cartographique, montre ainsi un quotidien animé par une pluralité d’univers. Les ferments géo-historiques d’une notoriété et d’une globalité villageoises et les enjeux actuels d’une coprésence héritée, sont mis en exergue par les migrations inter/nationales. Cette étude de cas étendue interroge donc de manière distanciée, située et ordinarisée, une participation des migrants à la localité plus souvent saisie en milieu urbain sous les angles de l’ethnicisme et de l’intégrationnisme méthodologiques. Face à une augmentation du racisme, un court-termisme politique, et une démocraticité discutable des droits à habiter et à se mouvoir en Europe et en Occident, cette thèse suggère la nécessité d’une pensée prospective et utopique renouvelée, sur une socialité respectueuse et promotrice d’altérité, et sur une citoyenneté associant ancrage et mobilité.

Keywords : Globalisation, Mobility, Tourism, Psycho-Social Geography, Immigrant Diversity, Europe

Abstract :

This thesis, which seeks to formalize a psycho-social geographical situation, reviews the role of the psyche and of space in individuation and the relationship with the other by studying everyday life in Cadaqués, a semi-rural tourist village on Spain’s Costa Brava, situated in the heart of the Catalan region of Empordà on the South-Mediterranean coast. This village has a diverse local population, given the presence of European and non-European immigrants who are often reduced to the status of foreign seasonal and temporary workers, often long-term. In this shared community, with a wide variety of rich and complex lives, co-habitation with outsiders leads to the emergence of several subgroups based on hierarchical social position and promotion of a so-called native authenticity. A transcalar interpretation of spatial changes and a biographical approach on human experience permits an assessment of contemporary transformations in this village as part of the global world and of different forms of co-habitation that emanate from this situation. It describes a space constituted by a secular interaction of a wide range of material and idealistic changes, while at the same time, exposing the variations negotiated between individuals along community lines and influenced by various interests, despite their shared existential misfortunes and aspirations. This analysis, which is based on a qualitative survey of an ethnographic terrain, interviews with different categories of residents, statistical data, press articles, and mapping, reveals daily life functioning within a plurality of universes. Geohistorical catalysts of notoriety and adherence to globalization processes of the village of Cadaqués, as well as issues arising from a co-habitation between native population and visitors, are both highlighted by inter/national migrations. This extended case study takes a distanced, situated and ordinarized approach to questioning the participation of migrants in their village, a participation that is more often analysed in an urban environment from the perspective of methodological ethnicism and inclusiveness. With the rise in racism, political short-term vision and disputes over conformity to democratic principles, specifically the right to live and move around Europe and the West, this thesis demonstrates the importance of initiating a renewed prospective and utopic approach to a respectful sociality that is capable of promoting otherness and a citizenship that permits both rooting and mobility.