Accueil > Pages de membres > Lopez Olivier

Lopez Olivier

Olivier Lopez, TELEMMe (AMU-CNRS)

Alumni-Alumnae et Membre associé



Groupe(s) :


Thèse

S’établir et travailler chez l’autre. Les hommes de la Compagnie Royale d’Afrique (1740-1793)

  • Thèse de Doctorat en Histoire
  • Sous la direction de Gilbert Buti - Soutenue le 10 juin 2016

Champs de recherche

  • Histoire du commerce en Méditerranée
  • Histoire des relations culturelles et interculturelles
  • Histoire maritime
  • Histoire du XVIIIe siècle


Cursus

  • 2018: Master professionnel Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, Espé d’Aix-Marseille.
  • Février 2017: Habilitation aux fonctions de Maître de conférences, section 22 du CNU
  • 2017: CAPLP Lettres – Histoire et Géographie
  • Juin 2016 : Docteur en histoire. S’établir et travailler chez l’autre. Les hommes de la Compagnie royale d’Afrique au XVIIIe siècle
    Soutenue à la Maison méditerranéenne des Sciences de l’Homme devant un jury présidé par Olivier Raveux et composé de Anne Brogini, Gilbert Buti, Stéphane Durand, et Luca Lo Basso.
    Mention « très honorable » avec les félicitations du jury.
  • 2007-2008 : Master II Sciences Historiques et Humanités, Université de Provence, Un maillon du réseau consulaire français au XVIIIe siècle. La correspondance entre Marseille et l’Espagne (agents, services et fonctions), Mention très bien.
  • 2006-2007 : Master I Sciences Historiques et Humanités, Université de Provence, Les relations commerciales entre Marseille et les Etats-Unis. 1778-1818, Mention très bien.
  • 2006 : Licence d’Histoire, Université de Provence


Sujet de thèse

S’établir et travailler chez l’autre.  Les hommes de la Compagnie royale d’Afrique au XVIIIe siècle

Créée en 1741, la Compagnie royale d’Afrique succède à des compagnies à privilèges qui n’ont connu à Marseille, deux siècles durant, que des déboires dans leurs relations avec les Régences de Barbarie. Or, pendant plus d’un demi-siècle cette nouvelle structure commerciale connaît un réel succès dans ses échanges avec les concessions d’Afrique du Nord. Avec des représentants installés de manière pérenne essentiellement dans la Régence d’Alger – comptoirs à La Calle, Bône et Collo – elle organise et contrôle dans les eaux barbaresques, comme le fit la première Compagnie du corail au XVIe siècle, la pêche de ce produit apprécié sur la rive nord de la Méditerranée. Cependant, la Compagnie royale d’Afrique a pour tâche première d’assurer la traite des blés afin de participer au bon ravitaillement du royaume. Cette priorité ne l’empêche pas d’intervenir également sur d’autres marchés comme ceux des cires, cuirs et laines. À l’heure où la Méditerranée devient un espace périphérique du commerce mondial, où la pensée économique remet en cause les monopoles commerciaux et où les relations avec les Régences barbaresques tendent à se normaliser, cette Compagnie constitue un bon observatoire pour suivre les pratiques commerciales du second XVIIIe siècle et décrypter les stratégies des hommes qui en ont la direction. Par ailleurs, s’établir et travailler chez l’Autre, avec ses avantages et ses contraintes, invite également à saisir les relations à l’altérité. Aussi, au-delà de l’étude des flux, des routes maritimes, de l’outillage nautique, des produits, des marchés et des hommes – dirigeants ou simples exécutants –, cette recherche, qui mêle les approches quantitative et qualitative, se présente également comme une lecture des pratiques interculturelles entre les différents acteurs des deux rives de la Méditerranée.

Mots-clefs : Méditerranée – Barbarie – Marseille – concessions – Régences – La Calle – Bône – XVIIIe siècle – compagnie – monopole – commerce – corail – blé

 

Being established and working in the other’s home. The men of the French Royal African Company in the 18th century

Founded in 1741, the French Royal African Company (Compagnie royale d’Afrique) succeeds to exclusive trading companies, which only suffered setbacks in Marseille for two centuries in their relations with the Regencies of Barbary. Yet, for more than half a century, this new commercial structure experienced a real success in trade relations with the concessions of North Africa. With officials durably settled primarily in the Alger Regency – trading stations in El Kala, Annaba and Collo –, the Royal African Company organizes and controls the fishery of coral in the Barbarian maritime territories, just like the first Coral Company did in the 16th century; the coral being a cherished product on the north shore of the Mediterranean Sea. However, the primary task of the Royal African Company is to ensure the trading of wheat in order to contribute to supplying the Kingdom of France. This priority does not prevent the Company to intervene as well on other markets such as the waxes, leathers and wools markets. At the time when the Mediterranean becomes a peripheral area of world trade, when the economic thought calls into question the trading monopolies and when the Barbarian Regencies tend to normalize, this Company represents a good observatory to follow the commercial practices of the second half of the 18th century and analyze the strategies of the leading men. Besides, being established and working in the Other’s home, with its advantages and constraints, invites to understanding the relation to otherness. Thus, beyond the study of flows, sea lanes, nautical equipment, products, markets, and men – be it leaders or simple performers –, this research, blending quantitative and qualitative approaches, can also be presented as a reading of the intercultural practices between the various players on both sides of the Mediterranean.

Keywords: Mediterranean – Barbary – Marseille – concessions – Regencies – El Kala – Annaba – 18th century – company – monopoly – trade – coral – wheat


Activités d'enseignement

Depuis mars 2016: Enseignant dans le secondaire (contractuel puis titulaire depuis septembre 2017).

2012-2013: Monitorat – Aix-Marseille Université

    HIS E16: Histoire culturelle de l’Europe à l’histoire moderne. Licence 3.
HIS L22: Monarchies, républiques et révolutions à l’époque moderne. Licences 1 et 2.
HIS L59: Histoire des courants intellectuels, littéraires et artistiques à l’époque moderne et contemporaine. Licences 1 et 2.

2009-2010: Enseignant contractuel dans le secondaire, académie d’Aix-Marseille

2008-2010: Tuteur pédagogique, département d’Histoire, Université de Provence.


Responsabilités administratives

  • Éspé d’Aix-Marseille
    • Membre du Conseil consultatif de l’école (2017-2018)
  • AERES puis HCERES
    • Expert auprès de la Section Etablissements (2008-2016): Expertise des universités de Nancy II, Panthéon-Sorbonne, Paris-Est Marne-la-Vallée, Orléans, Auvergne-Clermont I, Paris-Sorbonne, La Réunion, Joseph Fourrier (et processus de fusion Universités Grenoble Alpes) et du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam)
    • Expert auprès de la Section Diplômes et formations (2014): Expertise des Écoles doctorales 260 (Santé, Environnement et Sociétés dans les Amériques), Université des Antilles et de la Guyane ; 541 (Lettres, Sciences humaines et sociales, Droit, Économie, Gestion, Sciences politiques) et 542 (Sciences, Technologies, Santé), Université de la Réunion.
  • TELEMME
    • Co-organsiateur des journées Jeunes Chercheurs (avec V. Cerdeira et E. Oriol, 2010-2013)
  • Université de Provence
    • Vice-président étudiant de l’Université (2006-2008)
    • Membre du Conseil Scientifique et de la Commission Permanente du CS (2010-2011)
    • Membre du Conseil d’Administration et du Bureau de l’Université (2004-2008)
    • Membre du Conseil du Département d’Histoire (2002-2009)
  • Conférence nationale des Etudiants Vice-Présidents d’Universités (CEVPU)
    • Président d’honneur (depuis 2008)
    • Président (2007-2008)
  • Ecole Supérieure de l’Education Nationale (ESEN)
    • Membre du comité de pilotage du groupe de formation « La vie étudiante, actualités et enjeux » (2008-2009)
  • Colloque International « l’Université à l’ère du numérique » (CIUEN)
    • Membre du Comité Scientifique (2007-2008)
  • Agence de Mutualisation des Universités et Etablissements (AMUE)
    • Membre de l’atelier inter-établissement relatif au e-learning (2007-2008)
  • Membre du Conseil Académique de l’Education Nationale (CAEN) (2004-2008)
  • Centre Régional des Œuvres Universitaires et Scolaires (CROUS) d’Aix-Marseille
    • Membre du Conseil d’Administration (2002-2006)
    • Vice-président du Conseil d’Administration (2002-2004)


Responsabilité de revues, sites, associations...

Co-responsable du Carnet de recherche « Jeunes chercheurs TELEMME »: jjctelemme.hypotheses.org (2010-2013)

[/]

Organisation d'événements de TELEMMe :

Olivier Lopez a organisé les événements de TELEMMe suivants :

Participation aux événements de TELEMMe :

Olivier Lopez a participé aux événements organisés par TELEMMe suivants :

Interventions externes à TELEMMe :

Olivier Lopez a effectué les interventions externes à TELEMMe suivantes :

Publications



10 documents

Articles dans une revue

  • Olivier Lopez. Parfaits négociants, piètres pratiquants ? Périr chez l'Autre au service de la Compagnie royale d'Afrique. Diasporas. Circulations, migrations, histoire, Presses Universitaires du Midi, 2017, Mourir ailleurs (XVIe-XXIe siècle), pp.55-68. ⟨hal-01771891⟩
  • Olivier Lopez. Travailler chez l’autre, vivre avec ? En Barbarie avec les employés de la Compagnie royale d’Afrique au XVIIIe siècle. Revue d'histoire maritime, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2016, pp.307-318. ⟨halshs-01890606⟩
  • Olivier Lopez. De la terre à la mer. Compagnie royale d’Afrique et littoral maghrébin au XVIIIe siècle. RM2E - Revue de la Méditerranée, édition électronique, 2016, Le rôle des villes littorales du Maghreb dans l’histoire, 3 (1), pp.89-100. ⟨halshs-01890595⟩
  • Olivier Lopez. Vivre et travailler pour la Compagnie royale d’Afrique en Barbarie au XVIIIe siècle. Rives Méditérannéennes, UMR TELEMME, 2013, pp.91-119. ⟨halshs-01890610⟩
  • Olivier Lopez. Les hommes de la Compagnie royale d’Afrique au XVIIIe siècle. Une intégration illusoire. Cahiers de la Méditerranée, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine (CMMC) - Université de Nice-Sophia Antipolis, 2012, Travailler chez l'autre en Méditerranée, pp.49-64. ⟨halshs-01890616⟩

Ouvrages (y compris édition critique et traduction)


Chapitres d'ouvrage

  • Olivier Lopez. Entre Marseille et la Barbarie. Le sauvetage maritime sur les rives de l'autre au XVIIIe siècle. Eric Kocher-Marboeuf; Jacques Péret; Thierry Sauzeau. Histoire du sauvetage et de la sécurité en mer. Du phare d'Alexandrie au satellite, Les Indes savantes, pp.173-186, 2019, Rivages des Xantons, 978-2846544900. ⟨hal-02542510⟩
  • Mathieu Grenet, Olivier Lopez. Agence du ministère des Affaires étrangères à Marseille. Jean-Baptiste Bruneau; Christophe Cérino; Gérard Le Bouëdec; Jörg Ulbert. Dictionnaire des institutions maritimes et littorales de la France, des origines à nos jours, CNRS Éditions, A paraître. ⟨hal-01896377⟩
  • Olivier Lopez. Luttes de pouvoir, réseaux de confiance et pratiques marchandes individuelles : le cas des administrateurs de la Compagnie royale d’Afrique au XVIIIe siècle. Xavier Daumalin, Daniel Faget & Olivier Raveux (dir.). La mer en partage. Sociétés littorales et économies maritimes, XVIe-XXe siècle, PUP, pp.165-179, 2016, 9791032000519. ⟨halshs-01890552⟩
  • Olivier Lopez. Coral Fishermen in Barbary in the Eighteenth Century: Between Norms and Practices. Maria Fusaro, Bernard Allaire, Richard Blakemore & Tijl Vanneste (eds). Law, Labour, and Empire. Comparative Perspectives on Seafarers, c. 1500-1800, Palgrave Macmillan, pp.189-203, 2015, 978-1-137-44746-3. ⟨halshs-01890577⟩