Accueil > Pages de membres > Desideri Gabriella

Desideri Gabriella

Gabriella Desideri, TELEMMe (AMU-CNRS)

Alumni-Alumnae et Membre associée



Groupe(s) :


    Thèse

    Les traités commerciaux de royaume de Naples avec la Hollande, le Danemark et la Suède de (1740-1790) et leurs incidences économiques

    • Thèse de Doctorat en Histoire
    • Sous la direction de Brigitte Marin et de Elena Bonora - Soutenue le 24 mars 2020

    Champs de recherche

    • Histoire économique et social de la Méditerranée
    • histoire des relations commerciaux entre la Méditerranée et les Pays du Nord


    Cursus

    • 2016 – , Doctorat en « Sciences Philolgiques, Littéraires, Historiques, Philosophiques et Artistiques » auprés de l’Université de Parme sous la direction de Elena Bonora. Doctorat en co-tutelle avec l’Université d’Aix-Marseille dans l’école doctorale 355 « Espaces, Culture, Sociétés » sous la direction de Brigitte Marin.
    • 2014-2016, Master en « Sciences Historiques » auprés de l’Université de Naples « Federico II », sous la direction de Anna Maria Rao
    • 2010-2014, Licence en « Histoire » auprés de l’Université de Naples « Federico II », sous la direction de Massimo Cattaneo


    Sujet de thèse

    Les traités commerciaux de royaume de Naples avec la Hollande, le Danemark et la Suède de (1740-1790) et leurs incidences économiques

    Résumé :

    L’objectif de la recherche consiste à analyser les traités avec le Danemark, la Hollande et la Suède avec l’intention de définir les rapports commerciaux entre le Royaume de Naples et les États évoqués ci-dessus des années 1740 aux années 1790. Mon but est de réaliser une recherche qui rende compte de la complexité des échanges commerciaux dans l’Europe de la seconde moitié du XVIII siécle, en mettant en évidence la portée internationale des relations de Naples avec le Pays nord-européens. On se propose aussi d’identifier les personnages les plus importantes impliqués dans ces trafics, de reconstruire les réseaux sociaux et économiqués qu’ils ont créés, pouur remonter aux contacts et aux intérêts qu’ils pouvaient avoir dans d’autres places européennes commeLivorne, Marseille et Lisbonne.

    [/]