Aller au contenu
Accueil > Thèses > Les nouvelles expressions politiques dans l’espace méditerranéen au XXIe siècle

Les nouvelles expressions politiques dans l’espace méditerranéen au XXIe siècle

Virginie Tisserant

Les nouvelles expressions politiques dans l’espace méditerranéen au XXIe siècle

Thèse de Doctorat en Études romanes

Sous la direction de Severiano Rojo Hernandez

Mots clés : système des partis politiques, populisme, démocratie, espaces politiques, identités collectives, mouvements sociaux, hégémonie, information, médias, contestation, pouvoir et contre-pouvoir, éthique, discours

Résumé :

Ce projet de thèse vise à étudier, dans une perspective historique et comparative, la nature, signification et portée des nouvelles expressions politiques dans l’espace méditerranéen du XXIème siècle.
L’approche transversale de la thématique entend mobiliser les acquis de l’histoire, de la science politique, de la philosophie, ainsi que ceux de la sociologie du politique.
Notre axe de recherche s’inscrit dans l’étude de l’espace socio-politique et public optimisé par les nouvelles expressions politiques à travers le prisme des notions d’identités collectives en mouvements. Mes travaux portent sur l’évolution du système des partis politiques, les mutations des démocraties contemporaines et les rapports entre histoire, philosophie et science politique.

A travers un ancrage historique, philosophique et politique, l’étude des systèmes des partis politiques dans l’espace méditerranéen nous permettra de comprendre comment la rhétorique contestataire et la posture populiste se sont institutionnalisées en nouveaux mouvements politiques en Espagne depuis la Restauration jusqu’au Mouvement des Indignés à Podemos, en Italie depuis 1892 et l’apparition des partis politiques dits modernes, en passant par l’Uomo Qualanque jusqu’au Mouvement 5 Etoiles, alors qu’en France, la Vème République va remodeler le paysage politique et le discours subversif va se cristalliser dans les partis extrêmes.

En réponse à la crise totale et totalisante qui traverse l’Europe, au taux d’abstention dans les élections ainsi que la tension systémique vécue par les partis politiques, la promesse des nouveaux acteurs semble se sanctuariser sur le changement politique et la renaissance de la démocratie afin de remettre le citoyen au cœur de la décision. Ces nouvelles formations se sont organisées pour entrer en scène politiquement afin d’instaurer un rapport de force face au pouvoir et questionner les institutions.

Si leur discours, actions et positions contribuent à l’avènement d’un nouveau paradigme démocratique, trans-capitaliste et populiste au sein du territoire méditerranéen, la notion de place du citoyen et d’espace politique seront à appréhender dans le contexte d’un monde globalisé doublé d’une crise organique et systémique.

La portée historique, symbolique et politique de notre étude entend aborder le concept des nouvelles expressions politiques dans sa dimension européenne afin d’apporter une réponse au débat politique trans-national en vigueur. En ce sens, ces identités collectives politisées embrassent une dimension post-moderne et s‘érigent en ingrédients constitutifs d’une hégémonie alternative radicale en devenir.