Accueil > Thèses > À la croisée des chemins : les politiques européennes et impériales sous le gouvernement de Guy Mollet en France (1956-1957)

À la croisée des chemins : les politiques européennes et impériales sous le gouvernement de Guy Mollet en France (1956-1957)

Maryliz Racine

À la croisée des chemins : les politiques européennes et impériales sous le gouvernement de Guy Mollet en France (1956-1957)

Thèse de Doctorat en Histoire

Sous la direction de Philippe Mioche et de Talbot C. Imlay.

Soutenue le 1 octobre 2019

Mots clés : Histoire de la construction européenne, Histoire de la France contemporaine, fédéralisme, souveraineté

Résumé :

La Révolution française a inauguré une nouvelle ère; celle de l’émergence triomphale du nationalisme. Or, les excès de cette doctrine se sont fait ressentir durement en Europe en 1945 et ses dirigeants n’ont pu que constater les contraintes qu’elle imposait. Ils se sont donc tournés vers le supranationalisme pour gérer les relations intra-européennes, comme peut en témoigner la signature du Traité de Rome, le 25 mars 1957. Bien que les pays signataires aient pu s’unir sous un modèle moins contraignant, ils ont fait le choix d’une perte relative de leur souveraineté; d’une intégration. Ils proposaient en outre de lier cette vocation à l’évolution politique des anciennes colonies qui cherchaient alors à s’émanciper. Vu les tensions grandissantes en Afrique, les dirigeants français voulaient lier les institutions européennes naissantes aux anciennes colonies également sous un principe fédéral. Ainsi, en utilisant les grilles analytiques des sciences politiques et la méthode historique de traitement des sources archivistiques, il est possible de retracer les modifications de la compréhension de la souveraineté qu’avaient les dirigeants français dans l’après-guerre. Il est ainsi démontré que les gouvernements successifs en France entre 1946 et1958 se sont efforcés d’adopter une politique européenne et impériale qui témoigne d’une nouvelle manière de concevoir les prérogatives inhérentes à l’existence d’un État tout en reconsidérant le pacte colonial avec le projet d’Eurafrique.