Accueil > Thèses > Le napolitain et le corail du Maghreb : pêche et exploitation d’une ressource méditerranéenne disputée (1780-1827)

Le napolitain et le corail du Maghreb : pêche et exploitation d’une ressource méditerranéenne disputée (1780-1827)

Alessio Boschiazzo

Le napolitain et le corail du Maghreb : pêche et exploitation d’une ressource méditerranéenne disputée (1780-1827)

Thèse de Doctorat en Histoire

Sous la direction de Olivier Raveux et de Lo Basso

Soutenue le 15 novembre 2019 à Facoltà di Lettere e Filosofia dell'Università degli Studi di Genova, via Balbi 2, 16126 Genova, Italia. aula 1, DAFIST, Via Balbi 6.

Membres du jury :

Composé de M. LO BASSO LUCA Professeur associé, Mme FAVARò Valentina Professeur associé, Mme BROGINI Anne Maîtresse de Conférences Hors Classes , M. RAVEUX Olivier Chargé de recherche HDR au CNRS, M. CALCAGNO Paolo Professeur associé, M. BUTI Gilbert Professeur Emérite.

Mots clés : Maghreb, Torre del Greco, corail, Bône, pêche, Méditerranée,

Résumé :

Ce travail de thèse se propose d’étudier les phénomènes liés à la pêche du corail du Maghreb, en posant au centre de l’analyse le développement et la pénétration en Afrique du Nord de la pêche napolitaine.À partir du milieu du XVIIIe siècle, l’intérêt des nations européennes pour le corail barbaresque connaît une accélération progressive. Après la chute de la Tabarka génoise en 1741, la Compagnie Royale d’Afrique obtient le privilège de la pêche du corail sur les côtes des Régences d’Alger (1741) et de Tunis (1770). Cependant, les trois dernières décennies du siècle voient les concessions françaises toujours plus contestées par les flottes des États italiens, surtout celles du Royaume de Naples. La compagnie française est supprimée en 1793, pendant la Révolution. Au cours de la première partie du XIXe siècle, le précieux « or rouge » reste le centre d’intérêt des Européens au Maghreb, même si les environnements économiques et politiques sont marquées par une instabilité quasi permanente. La période comprenant la deuxième moitié du XVIIIe siècle et les trois premières décennies du XIXe siècle – donc jusqu’à la prise d’Alger par la France – s’offre un remarquable terrain d’enquête aussi bien par sa richesse documentaires que par les sujets qu’elle permet de traiter. En effet, l’accroissement progressif du nombre des acteurs actifs sur les côtes de Barbarie, les nombreux facteurs perturbant la navigation maritime et les troubles politico-diplomatiques entourant l’activité d’extraction du corail soulèvent, des interrogations sur l’organisation et la gestion des campagnes de pêche de la part des différentes communautés littorales, ainsi que sur les intérêts que les gouvernements européens et maghrébins montrent envers cet « or rouge ». Même si l’intérêt de la recherche réside avant tout dans les phénomènes liés au processus de récolte du corail sur les côtes barbaresques (notamment son organisation logistique, ses règlements changeants, les controverses diplomatiques concernant les traités et les licences de pêche) et dans la pénétration des pêcheurs de Torre del Greco, le travail prend en considération des délicats aspects commerciaux et manufacturiers relatifs à chaque pays. Ce regard sur l’aval de la filière est une condition indispensable pour avoir une vision complète et globale de l’importance du corail comme « ressource méditerranéenne ».

Keywords : Maghreb, Mediterranean Sea, fishing, Torre del Greco, coral, Bona,

Abstract :

The aim of this PhD thesis is to analyse the phenomena related to coral fishing of the Maghreb region, focusing on the evolution and the penetration of Neapolitan subjects along North African shores. From the middle of the XVIII century, the attention of the European nations towards Barbary coral arouses progressively. After the fall of Genoese Tabarka in 1741, the French Compagnie Royale d’Afrique obtains the privilege of coral fishing on the coasts of the Regencies of Algiers (1741) and Tunis (1770). However, during the last thirty years of the XVIII century, Italian states’ navies started complaining strongly about those preferential concessions to France and, as a consequence, the Compagnie Royale d’Afrique was abolished in 1793, during a period of great revolutions. During the first half of the 1800s, this precious resource remains the focus of European states economic interests in Maghreb, even in a changing and uncertain economic and political background.In light of what has been introduced thus far, it follows that the historical period that goes from the second half of the XVIII century to the 1830s represents an interesting and remarkable field of research, thanks to both its rich documentary material and the topics that can be consequently explored. Actually, the gradual increase of participants on the Barbary Coast scenery, the various obstacles and issues on the subject of maritime navigation and the convoluted political and diplomatic events that accompanied the activity of coral fishing, raise many queries. As an example, this dissertation project studies the organization of fishing campaigns by the different coastal communities and it also focuses on the strong interests that European and Maghrebians governments and merchants showed towards this influential “red gold”. The attention focuses mainly on the several phenomena related to the fishing process on the Barbary Coast (for instance its logistical organisation, its changeable regulation and its recurring diplomatic controversies due to fishing licences and treaties) and the Neapolitans subjects penetration. Nevertheless, this work will also refer constantly to commercial and manufacturing aspects connected to each country, which are essential in order to have an overview of coral relevance as a “Mediterranean resource”.