Accueil > Thèses > Organiser la protection sociale transnationale en temps de crise. Familles équatoriennes entre l’Équateur, l’Espagne et l’Angleterre

Organiser la protection sociale transnationale en temps de crise. Familles équatoriennes entre l’Équateur, l’Espagne et l’Angleterre

Polina Palash

Organiser la protection sociale transnationale en temps de crise. Familles équatoriennes entre l’Équateur, l’Espagne et l’Angleterre

Thèse de Doctorat en Géographie

Sous la direction de Virginie Baby-Collin et de Valentina Mazzucato, Université de Maastricht

Soutenue le 12 décembre 2019 à Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme 5 rue Château de l'Horloge, 13090 Aix-en-Provence Duby

Membres du jury :

Composé de Mme BABY-COLLIN Virginie Professeur, Mme MAS GIRALT Rosa Professeur des Universités, M. VINK Maarten Professeur des Universités, Mme MERCIER Delphine Directeur de Recherche, Mme MAZZUCATO Valentina Professeur des Universités, Mme MCILWAINE Cathy Professeur des Universités, Mme CORTES Geneviève Professeur des Universités.

Mots clés : protection sociale transnationale, familles transnationales, migration équatorienne

Résumé :

Cette thèse porte sur les formes de mise en œuvre de la protection sociale au-delà des frontières, pour des familles dispersées. A une époque de croissance des mobilités et des formes de transnationalisation, la protection sociale est principalement conçue pour des populations sédentaires, et la recherche en sciences sociales a montré qu’elle ne répond pas aux besoins des familles qui se sont transnationalisés. La protection sociale constitue ainsi un défi pour les migrants et leurs familles transnationales, dont les pratiques vont au-delà des frontières étatiques.La thèse s’appuie sur une ethnographie multi-située conduite auprès de membres de 63 familles transnationales pendant 14 mois en Espagne (Barcelone et sa banlieue), en Angleterre (Londres) et dans diverses localités en Équateur (principalement à Quito et à Guayaquil) entre 2015 et 2016. L’échantillon est partiellement combiné, les mêmes familles ayant été rencontrées en Europe et en Equateur. Ces données ont été complétées par des entretiens avec des informateurs clés. Les pratiques de protection sociale transnationale sont observées dans leurs évolutions au cours de la vie des familles, selon les contextes et les conjonctures des lieux impliqués. Ces pratiques sont restituées de manière multidirectionnelle dans les trois contextes de recherche, dans leurs modalités d’organisation financières, organisationnelles et matérielles multiples. Cinq domaines principaux de protection sociale sont examinés : le revenu, le logement, la santé, l’éducation et les soins. Ils sont pourvus par divers acteurs tels que la famille elle-même, l’État, le secteur privé et le troisième secteur.La migration équatorienne en Europe date du début des années 2000, principalement en Espagne où se sont réunifiées les familles nucléaires. Alors que les travaux sur la protection sociale des migrants insiste sur leurs enfants « laissés en origine », les migrants rencontrés dans cette thèse ont davantage de liens transnationaux avec leurs parents âgés et à leur famille élargie en origine. La crise de 2008 a eu une incidence sur la capacité des migrants à soutenir les familles en Équateur. Elle a impliqué des réajustements tels que les flux économiques inversés depuis l’Equateur vers l’Europe, mettant en évidence le rôle clé des services des familles en origine.La crise a aussi généré le retour (parfois temporaire) de certains migrants en Equateur, et/ou une nouvelle migration en Angleterre, mouvements facilités par la citoyenneté espagnole acquise en Espagne. La perspective du Brexit génère toutefois en Angleterre de nouveaux obstacles en matière de protection sociale, tandis que les emplois peu qualifiés contribuent à l’accroissement des vulnérabilités. Cette seconde migration économique est ainsi une adaptation à la crise, et non une stratégie opportuniste d’appropriation de ressources à des fins de protection sociale, comme le laissent à penser les tenants de l’hypothèse de « l’ effet d’aimant social ».Les migrants installés à Londres, qui ont généralement des responsabilités en termes de soutien économique envers leurs proches dans leur pays d’origine, vivent par la migration en Angleterre une fréquente extension de ces responsabilités à leurs proches restés en Espagne. Cela implique une gestion d’autant plus délicate d’un espace de protection sociale transnational élargi, englobant plusieurs pays : ressources, droits et de membres de leur famille sont en effet dispersés, tout comme les besoins de protection sociale et les responsabilités afférantes. La circulation diffuse du soutien selon les liens familiaux étendus, impliquant une réciprocité indirecte généralisée, englobant plusieurs pays et des temporalités de longue durée, compense en partie les manques de protection sociale. Toutefois, en période d’austérité, ces citoyens subalternes devenus des « citoyens déniés du précariat », à la situation de protection sociale transnationale complexe, sont soumis à de plus grands risques et des exclusions plus violentes.

Keywords : social protection, circular migration, transnational family, multi-sited ethnography, dual citizenship,

Abstract :

This thesis focuses on the transnational social protection (TSP) arrangements organized by 63 Ecuadorian transnational families across Spain, England and Ecuador. While we assist to increasing mobility and transnationalization, social protection linked to diverse human needs s is mainly conceived for sedentary populations. This implies challenges for migrants and their transnational families, whose needs and arrangements go beyond the State borders. The inadequacy of social protection systems to ensure people with transnational needs has been recently pointed out by social scientists addressing this research agenda.The thesis draws on a multi-sited partly matched-sample ethnography conducted with members of 63 transnational families over 14 months across Spain (Barcelona and suburbs), England (London) and diverse localities in Ecuador (mainly Quito and Guayaquil) between 2015 and 2016, completed by interviews to key informants. Families’ TSP practices are observed in their evolution in time over the families’ life course and contextual circumstances. They are retraced multi-directionally across the three research contexts, in their manifold financial, organizational and material provisions. Five main social protection areas are considered: income, housing, healthcare, education and care, relating to provisions from diverse actors as family itself, State, private and third sector.Ecuadorians settled in Europe since around the 2000s, mainly in Spain, reunifying their nuclear families. In contrast to the main literature on their TSP arrangements with their children “left behind”, at this point of their life course their transnational ties relate more to their elderly parents and extended family. The recent recession affects migrants’ capacity of supporting families in Ecuador implying TSP readjustments as reverse economic flows and a key role of organizational involvements from Ecuador to Europe.Moreover, families experience spatial reconfigurations, with migrants (sometimes temporally) returning and/or undertaking an onward migration to England, facilitated by the Spanish citizenship. The Brexit circumstance implies hindrances with respect to welfare provision, while furtherly lower skilled jobs involve accumulating vulnerabilities. Rather than being an “opportunistic strategy” of appropriating resources in another country as framed by welfare magnet hypothesis, onward migration of these economic migrants affected by recurrent destabilizations is a compensatory adaptation.From having support responsibilities mainly in their origin country, these bifurcate also to Spain. This implies a delicate “game” of the management of an enlarged transnational social protection space encompassing several countries, in a puzzle of scattered resources (as entitlements) and family members and related needs and responsibilities.The TSP mechanism of diffuse circulation of support flowing along extended family ties, implying generalized indirect reciprocity, encompassing several countries and extended time frameworks, partly compensates social protection gaps. However, in the period of austerity producing “precariat denizens”, subaltern citizens, with a more complex situation of TSP, are subject to greater exclusions and risks.