Accueil > Pages d'événement > Séminaire > G(isèle) d’Estoc. Reflets d’une mal(e) passante

G(isèle) d’Estoc. Reflets d’une mal(e) passante

Séminaire

Date(s) : du 18/06/2015 15 h 00 au 18/06/2015 17 h 00

Lieu : salle Temime

Organisateur(s) / trice(s) à TELEMMe :

Groupe organisateur : [Quinquennal 2012-2017 ] — 2.3 – Genre et transgressions : pratiques, stratégies, représentations dans l’espace euro-méditerranéen (XVIe-XXIe siècles)


PRÉSENTATION

G(isèle) d’Estoc (alias Marie-Paule Courbe), artiste, femme de lettres, escrimeuse et travestie milite au début des années 1890 à la Ligue de l’affranchissement des femmes, un mouvement féministe radical. Longtemps, elle n’a été qu’un ectoplasme pour les chercheurs spécialistes de Maupassant. Toutefois, elle se présente à nous comme une figure de la transgression. On retracera la genèse des convictions et l’action de cette féministe sans qualité. Il s’avère que, pour elle, transgresser rime avec exister.
Elle fut une femme de chair et de caractère qui marqua brièvement son époque. Pourquoi son souvenir fut-il si rapidement effacé ? Cet enfouissement est dû, sans doute, aux hommes qui la fréquentèrent ou qui s’emparèrent de sa mémoire après sa mort. Ainsi fut-elle trahie par ses contemporains et par leurs descendants, de P. Parent-Desbarres à Jacques-Louis Douchin, en passant par le pire de ses contempteurs, Pierre Borel.


PROGRAMME

Karine Lambert, AMU-CNRS, TELEMME
Présentation

Gilles Picq, chercheur en Histoire
On est toujours trop bon avec les hommes… aussi

Nicole Cadène (TELEMME, GEFEM)
G(isèle) d’Estoc à la Ligue de l’affranchissement des femmes. Identification d’une féministe